Fiscal

Reprise d’une entreprise en liquidation : ce qu’il faut savoir

Fiscal

Publié le 30 juin 2020

Liquidation d'entreprise : nos conseils pour reprendre

Si la reprise d’une entreprise en liquidation est, par essence, un pari risqué, cela peut aussi être une bonne opportunité. En effet, l’entreprise en difficulté est souvent cédée à un prix très intéressant. Et si vous parvenez à identifier clairement les causes des difficultés de la structure, celle-ci peut devenir, au final, particulièrement rentable.

Qu’est-ce qu’une entreprise en liquidation judiciaire ?

La liquidation d’une entreprise concerne "toute personne physique ou morale exerçant une activité commerciale, artisanale, professionnelle et indépendante, ou agricole, en état de cessation des paiements et dont le redressement est manifestement impossible”. Concrètement, l’entreprise se retrouve en incapacité de faire face à son passif exigible (de payer fournisseurs et salariés, de rembourser ses emprunts bancaires, etc.) à l’aide de son actif disponible (c’est-à-dire l’argent dont elle dispose).

Comment s’effectue la vente d’une entreprise en liquidation judiciaire ?

La procédure de liquidation judiciaire peut être lancée par l’entrepreneur lui-même, un créancier de l’entreprise sur assignation, une saisie d’office du tribunal ou une saisie du tribunal sur requête du ministère public. Le liquidateur est alors habilité à vendre l’entreprise (certaines parts ou son intégralité), sous le contrôle d’un juge commissaire, soit de gré à gré, soit par le biais d’enchères publiques. Le repreneur peut alors acheter l’intégralité de l’entreprise avec son actif et son passif (c’est-à-dire également avec ses créances), soit uniquement l’actif, c’est-à-dire les moyens de production, le fonds de commerce, le matériel, les murs et les stocks. De manière générale, les repreneurs favorisent la reprise de la totalité de l’entreprise, afin qu’elle puisse poursuivre l’activité.

Reprendre une entreprise en liquidation : quelles sont les difficultés ?

Si vous vous décidez à racheter une entreprise en liquidation judiciaire, vous devrez :

  • Prendre une décision rapide : le délai du liquidateur pour recevoir des offres de rachat est court, généralement deux mois.
  • Séduire les banques : dans le cas d’une entreprise en liquidation, ce n’est généralement pas une mince affaire car les établissements bancaires vont se révéler plus que frileux.
  • Séduire le personnel : dans le contexte de difficultés financières, le personnel voit généralement d’un mauvais œil l’arrivée d’un nouveau patron. Même si vous ne procédez pas à des licenciements, il faudra prendre le temps d’instaurer un climat de confiance.
  • Reconquérir fournisseurs et clients : vous devrez rassurer les partenaires, échaudés par la liquidation judiciaire.

Reprise d’une entreprise en difficulté : comment limiter les risques ?

Avant de vous lancer dans l’aventure de la reprise d’une entreprise en liquidation, il va bien entendu falloir prendre un certain nombre de précautions. Une fois l’entreprise rachetée, vous n’aurez aucun recours disponible face au cédant. Vous devrez mener une étude approfondie pour savoir pourquoi l’entreprise est en difficulté : mauvaise gestion ? Mauvais investissements ? Croissance trop rapide associée à un défaut de trésorerie ? Décès ou maladie d’un gérant ? Succession d’impayés ? Innovation insuffisante pour faire face à la concurrence ? Il est indispensable d’identifier les causes de la mise en liquidation pour évaluer si les difficultés sont surmontables ou non. Une entreprise peut être liquidée et avoir un bon potentiel de rentabilité. Vous devrez d’ailleurs étudier les leviers permettant à l’entreprise de retrouver une certaine rentabilité :

  • Création de nouveaux produits
  • Réorganisation marketing
  • Publicité et communication
  • Changement de gamme ou de politique de prix
  • Etc.

Si vous ne rachetez que les actifs, vous n’avez pas besoin de “redresser” l’entreprise. La logique sera davantage celle d’une création d’entreprise plus que d’une reprise. La clé pour reprendre une entreprise en difficulté et réussir est de bien préparer la reprise. Si vous avez besoin de conseils, n’hésitez pas à prendre contact avec CERFrance Brocéliande.